Bolivie 2002 – 2006 ” Au-dessous des volcans “Un film écrit et réalisé par René Dávila

Bolivie 2002 – 2006
Au-dessous des volcans

Chronique d’une période révolutionnaire
De la protesta au Gouvernement

Le film est construit comme un voyage à travers la géographie et l’histoire récente de la Bolivie. Il commence à Santa Cruz de la Sierra en 2002 et se termine à La Paz en 2006. Au cours de ces cinq années, nous avons rencontré les protagonistes d’un processus complexe et passionnant : dirigeants sociaux, analystes et beaucoup d’acteurs anonymes de ces années décisives. Avec Evo Morales. Avec Alvaro García, sociologue, ex-guérillero et prisonnier politique, aujourd’hui vice-président de la Bolivie.

Le documentaire est structuré par chapitres correspondants aux différents moments clés de l’histoire récente de la Bolivie. Le premier est centré sur l’arrivée du Mouvement Au Socialisme (MAS) au Congrès, incluant des éléments généraux sur le pays. Les suivants traitent de la première et seconde Guerre du gaz, de la tentative d’autonomie de la région de Santa Cruz, des élections présidentielles et de la prise du pouvoir.

– Bolivie ( 2002 )
– La Guerre du Gaz ( 2003 )
– Cocaleros ( 2004 )
– ¡Viva Santa Cruz! ( 2005 )
– Deuxième Guerre du Gaz ( 2005 )
– Les élections ( 2005 )
– Pachakutik ( 2006 )

En commençant le tournage, durant l’année 2002, nous pensions qu’en Bolivie était en marche un processus politique et social qui influencerait l’histoire des 500 millions de latino-américains.

L’expérience des Chicago boys dans le Chili de Pinochet, vers le milieu des années 70, s’est étendue à l’Amérique latine la décennie suivante. Dans le cas de la Bolivie, l’application du modèle néo-libéral se produit en 1985 : des dizaines de milliers de mineurs partent au chômage d’un jour à l’autre, ils sont suivis par des dizaines de milliers de travailleurs du secteur industriel .

Le modèle est consacré par une loi et on brade les entreprises et les services de l’État. Pendant les années 90, comme dans le reste du continent, apparaissent en Bolivie de vastes mouvements sociaux qui sont devenus protagonistes d’un processus de transformations. L’application stricte du modèle n’a pas empêché l’expansion de la pauvreté et avec elle, les soulèvements et les révoltes. Les mouvements populaires expulsent à plusieurs reprises les présidents élus.

sources et suite de l’article sur : http://abacq.free.fr/bolivia/fr_inde.htm

Leave a Reply