40 ans de Mai 68 – Acid test & ping pong festival

Le samedi 14 juin, de 17h à 5h, à La Bellevilloise.


“Notre pavé contre l’oubli et montrer à quel point cette révolution spontanée a fondamentalement changé les mentalités des générations qui ont suivies. L’année 1967, moment clé de l’histoire du rock marqua les succès de Cream, Jimi Hendrix… Une musique libre de tout formatage, proposant des “albums concept” peu radiophoniques. C’est aussi la démocratisation de la mini-jupe, du mouvement hippie, du pop-art, de la presse alternative, des utopies – changer le monde ensemble – farfelues ou visionnaires (écologie…), du LSD, d’un cinéma sans limites… Dans différents pays des manifestations étudiantes désirent desserrer le carcan de l’ordre moral et la société sclérosée de l’époque, en France, elles durèrent six semaines, accompagnées d’une grève multisectorielle d’ampleur nationale. En 2008, si la contre-culture est plus accessible, elle est complètement absorbée par la sur-information et la “consomite aigüe” de la société. Les situationnistes sont bien loin…”

A l’occasion des 40 ans de Mai 68, l’agence de Booking, Marketing et Promotion Ping Pong s’associe à la Bellevilloise pour organiser le samedi 14 juin une soirée dédiée à cette révolution des murs.

Au programme:
à 18h: table ronde avec les témoignages notamment de Léon Marcadet, l’un des meilleurs représentants du magazine Actuel, figure de Canal+, Jean-François Raguet, écrivain, meneur et fatalement emprisonné durant Mai 68, la sociologue et directrice de recherche au CNRS, Christine Faure, spécialiste des périodes révolutionnaires et membre de l’Observatoire de la Parité hommes / femmes. Au delà d’un débat, des thèmes de discussion croustillants seront initiés sur le sujet et chaque intervenant apportera ses meilleurs anecdotes qui seront confrontées aux autres.

Dès 20h, le 7e art sera convoqué avec la projection de L’An 01 de Jacques Doillon avec l’Equipe du Splendid, Coluche, Gotlib, Cabu et Daniel Prévost.
Sorti en 1973, l’adaptation de cette BD de Gébé fut un véritable carton (plus de 500 000 entrées), construit autour du slogan ”On arrête tout et on réfléchit”. S’en suivra un Cinemix du notoire DJ Oof ? Le précurseur du genre ? Spécial 68 & Scopitones.

Dès 22h surgit une véritable déferlante d’émissaires musicaux et de Sixties Guests à citer Arthur Brown & His Crazy World, Turzi, Etienne Jaumet (Zombie Zombie) ou encore Jacqueline Taïeb et en point d’orgue des Dj’s dératés.

Tous les détails sur www.labellevilloise.com

LA BELLEVILLOISE
19-21 rue Boyer 75020 Paris
métro gambetta ou ménilmontant

Leave a Reply