Samedi 29 novembre 2008: journée sans achat

Et si on profitait de la crise
pour s’arrêter et réfléchir ?
Illustration

Journée sans achat 2008 – Samedi 29 novembre

À tous les tartufes qui vont nous dire : « Vous n’avez pas honte d’appeler à une Journée sans achat alors que le monde est en crise ? », nous rappelons que le plus sûr moyen d’aggraver la crise est de continuer dans la fuite en avant du consumérisme sans être capables de s’arrêter pour réfléchir.
La société de consommation est aveugle, il n’y a pas de croissance et de développement économique infinis possibles sur une planète dont les ressources sont limitées.
Nous extrayons aujourd’hui deux fois trop de ressources fossiles, et nous émettons dans l’atmosphère plus de deux fois plus de gaz carbonique que la planète ne peut en absorber. La biodiversité s’effondre.
C’est aujourd’hui que l’extraction du pétrole entre en déclin. La société de consommation engendre un pillage et l’injustice : 20 % de la population de la planète, les pays riches, consomment plus de 80 % des ressources planétaires.
Notre niveau de consommation a un coût : l’esclavage économique de populations entières.
La société de consommation est mortifère, elle réduit l’humain à n’être qu’un agent économique : producteur-consommateur.
Elle nie nos dimensions politique, culturelle, philosophique, poétique ou spirituelle qui sont l’essence même de notre humanité.
Nous devons nous libérer de cet obscurantisme qui consiste à croire en la toute-puissance de la technoscience et à nous défausser sur elle de nos responsabilités.
La science repose sur le doute et non sur la foi.
L’espoir est de réanimer notre conscience et de traduire nos idées au quotidien dans nos actions.
Renouons avec notre capacité d’autolimitation et de création, individuellement, avec la simplicité volontaire, et collectivement, grâce à la décroissance.

Yves Cochet à l’Assemblée Nationale le 17 octobre 2008 :
« Je crois, comme M. Tourtelier, qu’il faut limiter la distribution de prospectus multiples et variés en incitant au refus de cette distribution dans sa boîte aux lettres. C’est une liberté et lorsque les particuliers placent sur leur boîte aux lettres un autocollant visant à signifier leur refus des prospectus, il convient de respecter ce message. Je citerai brièvement un passage écrit par notre ami, auteur et penseur, François Brune qui montre bien ce que l’on peut appeler la violence de l’idéologie publicitaire : “Les grands traits de l’idéologie publicitaire n’ont pas changé depuis l’origine. À travers leur diversité apparente, toutes les publicités célèbrent le produit héros. La marchandise est le centre et le sens de la vie ; le marché – super ou hyper – est son temple obligé. Le message constamment répété est clair : la consommation résout tous les problèmes. Toutes les dimensions de l’être, corps, cœur, esprit, peuvent se trouver dans le produit. Les marques nous fournissent identité et personnalité : “Ma crème, c’est tout moi.”. Le rêve lui-même s’achète, puisqu’on vient nous le vendre. Le bonheur se constitue finalement d’une somme de plaisirs immédiats, à programmer du matin jusqu’au soir. Il n’y a pas à se poser de problèmes métaphysiques ; tout nous est résolu d’avance. L’existence a un but infiniment simple : il suffit de “croquer dans la vie” – de préférence “à pleines dents”. Sous prétexte de séduction et de poésie, la publicité actuelle est un opérateur de déstructuration mentale.” »


+D’INFOS SUR WWW.CASSEURSDEPUB.ORG

Leave a Reply