Revue de presse: 07.12.2008

  • Même fermé, votre téléphone portable peut être écouté
  • Téléphone ouvert ou fermé, les experts peuvent accrocher votre ligne sans le moindre problème.
    Donc, où que vous soyez, du moment que vous portez sur vous un téléphone cellulaire, on peut récupérer non seulement les communications transmises, mais encore tout ce qui se passe autour de vous. Le téléphone devient en quelque sorte un micro d’ambiance. En principe, ces écoutes légales sont sévèrement encadrées et contrôlées par la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité. Mais la technique va plus vite que la loi. Aujourd’hui, n’importe quel bon bidouilleur informatique peut intercepter votre téléphone. Et entrer sans la moindre difficulté dans la mémoire et dans l’intelligence de votre ordinateur.
    Source et suite de l’article sur www.rue89.com/philippe-madelin

  • Appel pour le droit humain à l’eau
  • Une coalition d’organisations impliquées dans la défense et la promotion du droit humain à l’eau organisent le 10 décembre prochain à 12h30 à Bruxelles une manifestation citoyenne devant le Parlement européen. Elles dénoncent le fait que les forces sociales dominantes des pays les plus puissants et influents du monde ont réussi à empêcher les organes compétents des Nations Unies de reconnaître l’accès à l’eau comme un droit humain (universel, indivisible et irréversible), à l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948-2008).
    Source et suite de l’article sur http://blog.mondediplo.net

  • Sarkozy : ce qu’on pense de lui à l’étranger
  • Sarkozy n’a décidément pas de chance avec les étrangers. De l’Irlande à la Chine, en passant par les Etats-Unis et la Russie, on s’agace, on s’énerve, ou on s’amuse de notre hyper-président, de son attirance pour les projecteurs, de son obnubilation à tout ramener à lui, et de sa capacité à… “avoir la parole plus rapide que la pensée”.
    Source et suite de l’article sur www.lesmotsontunsens.com

  • Le ministère de l’intérieur dément l’étude d’un fichier par couleur de peau et origine ethnique
  • La polémique qui avait entouré la création du fichier Edvige a notamment abouti à la réactivation, début octobre, du groupe de contrôle des fichiers utilisés par la police et la gendarmerie. A la suite du tollé provoqué par l’initiative gouvernementale, la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait confié au criminologue Alain Bauer, président du groupe, la mission de réfléchir à un équilibre “entre l’efficacité de la protection des personnes et la nécessité de la protection vigilante des libertés”. Dans un projet de rapport du groupe pour le gouvernement, que s’est procuré l’AFP jeudi 4 décembre, une des conclusions propose de tester le fichage des suspects sur la base de leur couleur de peau et de leur origine ethnique. D’après M. Bauer, la question était de savoir quels étaient “les éléments les plus pertinents devant faciliter l’identification d’un individu suspecté d’avoir perpétré une infraction”. Selon le texte, les participants sont tombés d’accord pour dire qu’un dispositif combinant “l’appartenance vraie ou supposée à une origine ethno-raciale” et “la gamme chromatique” pourrait être une solution. Une majorité d’entre eux a prôné son “expérimentation (…) sur un département incluant zone rurale et zone urbaine” pendant une durée d’un an. Le ministère de l’intérieur a immédiatement démenti, dans un communiqué, que cette idée puisse être un jour adoptée.
    Source et suite de l’article sur www.lemonde.fr

    Leave a Reply