Festival Octopus 2009 au point ephemere

du 18 au 28 février
festival octopus – les inventeurs d’instruments

vernissage mercredi 18 février à 19h

Exposition d’installations sonores
Yann Rocher + Carl Seleborg + Grégoire Carpentier (Fr) – Gramophonies

Avec pour point de départ l’invention du phonographe et du gramophone, cette installation de 78 gramophones miniatures, est un véritable récit sonore, une série de machines imaginaires…. De plus près ces gramophones ressemblent à des fleurs, des bouches, à des êtres aux noms étranges : suprémophones, anthropophones, phonocrates, brontophones ou falsettographes, autant de créatures polymorphes avec pour point commun la forme de pavillon. Accompagnés d’autres sons, d’extraits de Mémoires et observations de Thomas A. Edison sont diffusés en américain et en français dans l’installation, au fil d’une partition qui définit leur position dans le temps. Quatre tableaux se succèdent ainsi, abordant à chaque fois un thème particulier des textes d’Edison : l’invention du phonographe, l’homme et la machine, la surdité, l’inventeur et la société.
Amusia – Iulia Bopa, Yvat & Adrian Tabacaru (Ro)
Amusia est une installation immersive composée de sept dômes métalliques sonores et lumineux. Coiffé d’un casque, le spectateur est invité à passer ses mains au milieu de ces sphères pour déclencher des plages sonores, voix féminines ou autres nappes électroniques. Isolé des bruits du monde extérieur, il crée son propre espace sonore plongé dans un univers mystérieux, insaisissable et insondable.
Une performance-concert de musique électronique intéractive à 4 mains aura lieu le soir du vernissage, 18 février.

Concert le 26 février : Feromil – Jean-François Laporte – Preshish Moments acheter une place
Feromil (Fr), de son vrai nom Emilien Leroy, est un musicien performeur né en 1976 et originaire de Dunkerque. Feromil est un de ses nombreux avatars qui se produit avec masques et instruments intrigants. Dans le cadre de sa très insolite Symphonie pour ferrailleurs, il s’arme d’un détecteur de métaux qu’il manipule à bras le corps pour faire chanter le métal. Le détecteur de métaux devient ainsi un instrument détourné, proche du thérémine, qui possède un large spectre de sons et qui permet de traduire le chant, le chuchotement, le hurlement ou le grondement du métal.
Créateur intuitif, Jean-François Laporte (Can) apprend la musique à travers l’utilisation concrète de la matière sonore. Construisant sa démarche de composition sur l’écoute active de la réalité de chaque son, il vise à développer une compréhension des structures internes qui les animent. Sa musique est donc le résultat d’un travail de complicité avec le matériau brut, ses gestes créateurs proposant des constructions puisées à même les sonorités abordées. Ces dernières proviennent tant de l’environnement quotidien que des instruments de musique traditionnels ou inventés, sans aucune forme de hiérarchie.
Michael Carter aka Preshish Moments (USA) est un musicien électronique originaire de San Francisco. Il est affilié au label Daly City Records (Mochipet, Bloodysnowman) sur lequel est paru l’an dernier son premier album Let’s Be Friends. Dans la lignée d’artistes comme Venetian Snares, Preshish Moments se plait à mélanger les genres, alternant breakcore, electronica, hip-hop, house, pop et noise music dans un patchwork musical des plus hétéroclites.

www.octopus-enligne.com

Point Éphémère
200 Quai de Valmy – 75010 Paris
Métro Jaurès (lignes 5, 2, 7bis) ou Louis Blanc (lignes 7, 7bis)
Tel : 01 40 34 02 48

Leave a Reply