Cinéma: Un aller simple pour Maoré

C’est un pavé lancé dans le marigot de la Françafrique. En plein océan Indien. Précisément, entre les quatre îles de l’archipel des Comores. Un aller simple pour Maoré fouaille le quotidien le plus trivial pour décrire le présent et le passé d’une spoliation soigneusement tue. Depuis la création des milices anti-indépendantistes au début des années 1970 jusqu’à la remise en cause du droit du sol par le ministre François Baroin en 2005, Agnès Fouilleux révèle comment Mayotte (également appelée Maoré) a été confisquée par la France au mépris du droit international. Objectif : garder la main sur les Comores, base arrière pour les opérations africaines (et notamment le commerce avec l’Afrique du Sud de l’apartheid). Trente ans de ce régime ont produit un résultat désastreux. Les Comores sont divisées et ruinées, Mayotte abrite des dizaines de milliers de clandestins exploités et misérables. Entre les deux, des milliers de migrants, les ” morts Balladur “, n’ont pas survécu à la traversée en Kwasa (barque). Pourtant juridiquement, il n’y a aucune frontière entre les îles… Un aller simple pour Maoré cogne d’autant plus fort qu’il est solidement étayé.

+ d’infos sur www.lesfilms.info

en salle à Paris à l’Espace Saint-Michel / Images d’Ailleurs et aussi à Valence, Castres et Perpignan..

Du 1er au 6 avril :
– Annecy à La Turbine, avec un débat en plus le 2 avril;
– La Mure, Ciné-théatre;

Et aussi :
– Bayonne, Atalante le 8 avril;
– Grenoble St Martin d’hères Mon Ciné à partir du 22 avril, débat le 22 avril;

COURREZ Y AVANT QUE LE FILM NE SOIT PLUS EN SALLE!

Leave a Reply