Interview – Hugo Mendez (source wegofunk)

Interview – Hugo Mendez (Soundway, Sofrito)
Muzul

Sortie de la compil TROPICAL DISCOTHEQUE
Source de l’article sur http://www.wegofunk.com/Interview-Hugo-Mendez

va-sofrito-tropical_discotheque-300x300

Cinq ans à faire des soirées, ça en fait des titres à sélectionner pour un compile!
Certains titres, nos préférés en fait, on été immédiatement retenus comme celui de Les Ya Toupas du Zaïre (NDR « Je ne bois beaucoup ») et celui de Ti Céleste (NDR : Popilation Basse-Terrienne Aux Abois ») qui sont des morceaux qu’on joue probablement à chacune de nos soirées depuis 5 ans ! C’est devenu des classiques Sofrito ! Cette compilation n’est pas du tout faite pour les diggers ou les gros collectionneurs, c’est juste une partie de nos morceaux favoris qu’on a joué dans nos soirées durant ces 5 ans. Des titres représentatifs de ce son tropical qu’on aime. Il y a des vieux titres et d’autres plus récents, mais on ne voulait surtout pas faire une compilation avec que des morceaux très rares et complètement inconnus. C’est définitivement une musique pour les dance floors avec des titres d’Afrique, d’Amérique du Sud, et des Caraïbes. Tout ça c’est une mixture, une sélection internationale de musique pour danser sur des titres de Guadeloupe, de Trinidad, de Côte d’Ivoire, du Bénin, du Nigéria, de Colombie…

Vous avez donc retenu quel critère de sélection ?
Le potentiel dansant du morceau. On a tout de suite écarté l’Afro-Beat et le Funk pur parce que des compilations de ce genre, il en existe pas mal et des biens en plus. On a plein de bons titres dansants qui avaient leur place, des titres africains notamment qu’on aime beaucoup, mais qu’on a du laisser de côté car beaucoup trop longs. C’est difficile de mettre sur une compilation des chansons de 8 ou 9 minutes. A moins de vouloir se retrouver avec un disque de seulement 8 morceaux !

Vous avez essayé de respecter un certain équilibre entre l’Afrique, l’Amérique du Sud, et les Caraïbes ?
Parfois dans les Sofrito on va jouer que du Latin, toute la nuit. D’autres fois que de l’Africain ou que de Guadeloupéen. Sur la compile, on a essayé de mixer tout ça et de faire ressortir tous les styles malgré tout. Le but est d’ouvrir les gens à d’autres types de musique. Un titre comme Je Ne Bois Pas Beaucoup, même si ça n’en est pas, parlera à un fan de Disco ou de House par exemple grâce à son beat puissant. On essaie de créer des points de référence pour les gens qui ne sont pas du tout familier de ce genre de musique afin qu’ils puissent tout de même l’apprécier. Dès le départ, on ne voulait pas avoir quelque chose de trop latin. On cherchait plus à avoir quelque chose de Caribéen. Ca c’est fait naturellement en fait.

Suite et source de l’article sur http://www.wegofunk.com/Interview-Hugo-Mendez

Leave a Reply