le festival imaginaire ça continue.. avec des invitations à gagner pour vous fidèles internautes!

Danse masquée et chants à la vierge • Pérou
LES QHAPAQ NEGRO
DE PAUCARTAMBO

Avec la Cuadrilla Mayor Qhapaq Negro de Paucartambo

Samedi 12 mai à 20h30 • Dimanche 13 mai à 17h00
Maison des Cultures du Monde, 101 bld Raspail, 75006 Paris
http://www.festivaldelimaginaire.com/

PLACES A GAGNER

::::::::::::::::AVIS AUX PLUS RAPIDES EN PRÉCISANT LE JOUR DE VOTRE CHOIX:::::::::::::::::

en répondant à contact@alter-nativa.net
peru

Chaque année entre le 14 et le 18 juillet, Paucartambo, paisible bourg de l’Altiplano péruvien, reprend vie. Plusieurs milliers de participants, venus de Cuzco, de Lima voire des pays voisins envahissent les rues pour célébrer la Virgen del Carmen, affectueusement appelée Mamacha Carmen.

Plus d’une dizaine de confréries de danse et de musique, costumées et masquées (les cuadrillas), participent à cette manifestation. Chacune symbolise une composante de la société péruvienne.
Les QHAPAQ NEGRO sont l’une de ces confréries. Ils incarnent un groupe d’esclaves noirs amenés dans la région pour travailler dans les mines et qui se seraient échappés lors des fêtes de la Vierge afin d’y participer. La cuadrilla des QHAPAQ NEGRO est un hommage à ces hommes révoltés.
Les masques représentent un visage africain aux traits exagérés dont l’expression varie subtilement d’un danseur à l’autre. Ils tiennent à la main un bâton surmonté d’un poing noir sculpté, le maki, symbole de leur rébellion.

Pendant quatre jours d’affilée, les QHAPAQ NEGRO dansent dans les rues de Paucartambo, participent à la célébration de la grand-messe devant l’église et dansent sur les places du village. Chants de procession, litanies et cantiques à la Vierge, en espagnol et en quechua, font pénétrer le spectateur dans un univers de piété mystique empreinte d’une certaine mélancolie.

Les chants et la danse sont accompagnés par un ensemble de musiciens comprenant un violon, une flûte quena, un accordéon, une harpe et une grosse caisse. Devenir QHAPAQ NEGRO est un engagement indéfectible.

En se vouant à la Vierge, le QHAPAQ NEGRO conditionne son existence et celle de sa famille autour de cette figure du catholicisme latin, tout en affirmant à travers son personnage de nègre marron, le libre arbitre de chaque individu.

un petit aperçu ici

Maison des Cultures du Monde
101 bld Raspail 75006 Paris

http://www.festivaldelimaginaire.com/


Samedi 19 mai à 20h30 • Dimanche 20 mai à 17h00
Maison des Cultures du Monde, 101 bld Raspail, 75006 Paris

GAGNEZ ÉGALEMENT VOS PLACES POUR VIDHA LAL, DANSE KATHAK
Précédée d’un récital de musique hindoustanie

INVITATIONS À GAGNER

::::::::::::::::AVIS AUX PLUS RAPIDES EN PRÉCISANT LE JOUR DE VOTRE CHOIX:::::::::::::::::

en répondant à contact@alter-nativa.net

festimaginaire

Le KATHAK est l’une des six danses classiques indiennes et la plus réputée de l’Inde du nord.

Son origine remonte à d’anciennes traditions de conteurs/ danseurs qui se produisaient dans les cours des temples du Rajasthan pour narrer les épopées et les mythes, notamment ceux liés à l’adoration de Krishna.
La technique du KATHAK est unique. Elle se distingue par de brillantes variations de rythmes, par les ruptures brusques donnant un sens dramatique à la danse, par le travail des pieds, fort et subtil, contrastant avec la souplesse des bras et du buste.

La danse pure, non narrative, renforcée par le jeu des grelots de chevilles, constitue le cœur du KATHAK.
On trouve également des passages de danse narrative, plus douce, plus coulée, qui paraphrasent à travers des combinaisons de gestes et d’expressions du visage les épisodes de l’histoire de Krishna chantés par les musiciens.

À la fois expressif et virtuose, le KATHAK dégage plus que toute autre danse indienne une énergie et une spontanéité saisissantes. Un art complexe et savant dont l’apparente simplicité, une certaine évidence dans l’expression, vont droit au cœur et aux sens du spectateur.

À vingt neuf ans, VIDHA LAL s’affirme comme la plus grande danseuse de kathak d’aujourd’hui.
Formée au sein de la célèbre école de Jaipur, cette interprète exceptionnelle marie la grâce et la précision rythmique à une spontanéité touchante.
PANDIT MUKESH SHARMA, est un joueur de sarod dont l’excellente réputation dépasse largement les frontières indiennes. Il accompagneraVIDHA LAL pour son récital de kathak, une danse qui, plus que toute autre en Inde, nécessite une complicité absolue entre la danseuse et ses musiciens. En préambule, il donnera un concert de musique hindustani, cette musique de cour du nord de l’Inde pétrie d’influences perses.
Avec VIDHA LAL, danse
PANDIT MUKESH SHARMA, luth sarod
VINOD GANDHARV, chant
GULAM ALI, vièle sarangi
ILMAS HUSAIN, tabla
ARHAD KHAN, tambour pakhawaj

Un aperçu ici

Leave a Reply